Campaniste Pilon et fils. Après un lifting, 'Martine' retrouve son campanile

Campaniste Pilon et fils. Après un lifting, 'Martine' retrouve son campanile

L'abbé Nauleau bénit « Martine » avant sa mise en place. Photo Centre Presse

Après onze mois de "soins", la cloche restaurée de l'église de Saint-Martin-de-Champniers, datant de 1805, a retrouvé son emplacement d'origine.

Mardi, « Martine », la cloche bicentenaire de l'église Saint-Martin-de-Champniers, a retrouvé son campanile, après avoir subi une cure de jouvence.

Martine, de forme classique et d'un poids de 150 kg, a été mise en place et bénie en 1805, mais on ignore le jour exact car « son certificat de baptême » n'a pas été retrouvé. Son prénom est inscrit sur l'airain et les inscriptions portées sur son corps de cuivre et d'étain raconte son histoire.

Une cloche bénie en 1805

Il y est écrit: « Martine a été bénie par le curé de Civray, Jean Augry, en 1805. Elle a été commandée, payée et offerte par le curé de la paroisse René Augustin Dupuy de Champniers. Elle a pour marraine, Anne Dupuy, l'une des cinq soeurs de l'abbé Dupuy et pour parrain Jean-Etienne Serph qui appartient à une vieille famille du Civraisien ». Avant de rejoindre son emplacement d'origine, l'abbé Nauleau, curé de Champniers, a béni une « Martine » remise à neuf, 212 ans après son baptême. Il était entouré de quelques membres du conseil municipal et de plusieurs camponégriens, enchantés de son retour. Elle avait été prise en charge par l'entreprise Pilon Michel et fils de Dignac (16) en juin 2016 pour entamer sa restauration.
La cloche a été mise en hauteur avec un puissant engin élévateur dans son campanile.
La petite église rurale de Saint-Martin-de-Champniers possède des fresques remarquables. Elle a récemment subi d'importantes rénovations.
Quoi qu'il en soit, la cloche « Martine » restaurée va rythmer de nouveau le temps des habitants de la commune après onze mois de soins.

Source: Centre Presse

Mai 2017