Le campaniste Laumaillé-Lussault participe aux recherches sur le carillon de saint Ambroise de Châtellerault.

Le campaniste Laumaillé-Lussault participe aux recherches sur le carillon de saint Ambroise de Châtellerault.

Photo Centre Presse

Le campaniste Laumaillé-Lussault participe aux recherches sur le carillon de saint Ambroise de Châtellerault.

Dans le cadre des anniversaires du carillon de Saint-Jacques (1867) et de la cloche russe (1897), à Châtellerault, un travail plus global a été entrepris sur les cloches du Grand Châtellerault. Dix-neuf cloches remarquables ont été recensées. Le lancement de cette opération a débuté dans le clocher de l'église Saint-Ambroise de Monthoiron avec Virginie Tostain et Marie-Julie Meyssan du service « Pays d'art et d'histoire », des élus et des membres du centre châtelleraudais d'histoire et d'archives. Dans le clocher, les participants ont découvert, avec beaucoup d'intérêt, les trois cloches.

Des baptêmes sont restés célèbres dans les annales de Monthoiron. Tout d'abord: « Ce 30 jour de juillet 1706, ont été bénites les deux cloches de Monthoiron, dont l'une est nommée Ambroisine, qui pèse 330 et l'autre, Fulgente, qui pèse 250. » Cette dernière, classée monument historique, en 1947, a été bénie sous le nom de Fulgente Claudenne, donné par Pierre Claude Fumé, son parrain, commendataire du prieuré Saint-Fulgent de Monthoiron et de Françoise Claude de Bruc, sa marraine.

Une troisième cloche, plus grosse que ses deux soeurs, servait de timbre à une horloge. La bénédiction de la cloche et de l'horloge fut l'occasion de grandes fêtes à Monthoiron, le 17 avril 1900. Le parrain, Edmond Treuille, de Chitré et Monthoiron et la marraine, Mlle Thérèse Mascarel, de Brassioux lui donnèrent les noms d'Edmonde Thérèse.

Source: Centre Presse

Mars 2017