Campaniste Laumaillé : Restauration du patrimoine campanaire de Mauzac

Campaniste Laumaillé : Restauration du patrimoine campanaire de Mauzac

La cloche à la volée de l'église Saint Etienne devrait bientôt tourner. Photo La Dépêche du Midi

Le 1er campaniste du sud ouest Laumaille retenu pour les travaux de restauration du patrimoine campanaire de Mauzac (Haute-Garonne)

Eric Salat, maire de Mauzac , vient de présenter les projets de la mairie pour 2017 : «Nous respectons le tableau de bord proposé en 2014. En termes d'investissements, 2017, sera chargée, mais sans impact sur la fiscalité des Mauzacais.

Nous entérinerons d'ici peu le budget 2017. D'ores et déjà, nous lançons les travaux de l'atelier municipal, local de la menuiserie N. Laffont. En février, débuteront les travaux de sécurisation et d'ancrage des cloches de l'église, de la passerelle d'accès au clocher et la remise à neuf du système de carillon. Des travaux avancés, la municipalité ayant pris l'engagement de faire tourner la cloche à la volée pour la commémoration du centenaire de l'armistice 1914-1918. Concernant la bibliothèque, nous sommes au stade du dépôt de permis de construire. Si les services de l'Etat respectent leurs engagements, les travaux devraient débuter en septembre 2017 autour d'un espace polyvalent de 30m2, avec possibilité d'ouverture et de fermeture selon les besoins de la bibliothèque. Nous restons très soucieux, d'optimiser les services à la personne en particulier, grâce à l'interactivité du site de la mairie.

Suite à la fusion de la communauté de communes Garonne-Louge avec celle du Volvestre, nous travaillons avec les syndicats délégataires eau et assainissement pour offrir des règlements lissés. Avec cette fusion, les reprises des compétences sont automatiques. Des travaux sur la voirie seront effectués par le biais de la communauté de communes du Volvestre. Nous avons deux ans pour nous mettre en conformité dans le périmètre qui concerne 32 communes pour 30 000 habitants avec 57 délégués, qui ont une farouche volonté d'être au rendez-vous des enjeux et besoins du territoire. Sans être dupe, il ne faut pas oublier que ces structures intercommunales sont et seront le réceptacle des services et compétences abandonnées par l'Etat à la responsabilité et à la charge des intercommunalités, pour exemple la Gemapi (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), qui rentre dans les compétences intercommunales dès 2018. Au-delà de ces constats, je reste volontaire et optimiste pour l'avenir».

Source: La Dépêche du Midi

Février 2017